Bata Shoe Museum
Les intestins sont nettoyés, gonflés et séchés.Collection Otto Guest, 64-98-688N, Bibliothèque Rasmuson, University of Alaska, Fairbanks
Les intestins sont nettoyés, gonflés et séchés.
Collection Otto Guest, 64-98-688N, Bibliothèque Rasmuson, University of Alaska, Fairbanks
Le transport du poisson dans un estomac de morse.W.I. Jochelson, 1909MAE
Le transport du poisson dans un estomac de morse.
W.I. Jochelson, 1909
MAE
Jenna Apatiki portant un parka en intestins.Rick Riewe
Jenna Apatiki portant un parka en intestins.
Rick Riewe

La biodiversité en Alaska : sur la terre, dans la mer et dans les airs

l'intestin

Les intestins de phoques barbus, d'otaries et de morse étaient utilisés dans la confection de parkas ultralégers, offrant une protection contre le vent et l'eau. Les coutures étaient cousues à l'aide de brin d'herbe placés d'un côté et de l'autre de la ressource de couture afin d'empêcher les points de déchirer l'intestin. Les peaux de crânes et plumes d'oiseaux stimulaient la fertilité. Des poils teints et des morceaux de peaux colorées étaient souvent insérés dans les coutures pour protéger encore davantage du danger et pour permettre de communiquer avec les esprits du monde animal. Contrairement aux autres types de peaux, les intestins étaient considérés comme une membrane impénétrable, protégeant les chasseurs de phoques et de baleines des esprits maléfiques et du danger. Certains intestins étaient décolorés jusqu'à l'obtention d'une matière blanche et opaque, tandis que ceux n'ayant pas été décolorés étaient translucides; les deux types d'intestins permettaient aux voyageurs d'effectuer l'exploration métaphysique d'autres univers et d'entrevoir les dangers bien à l'avance. Les masques en intestins servaient aussi de masques funéraires. Les chamans utilisaient les parkas, les masques et les sacs en intestins car les sons qu'ils émettaient étaient associés au monde des esprits.
Continuer