Bata Shoe Museum
Chasseurs aléoutes en kayaks, UnalaskaF.K. Kittlitz, 1826Ôø‡29.MAE
Chasseurs aléoutes en kayaks, Unalaska
F.K. Kittlitz, 1826Ôø‡29.
MAE

L'équipement des hommes

le kayak

Durant plus de quatre milliers d'années, des armatures de kayak souples furent construites sur mesure à partir de bois flotté. Les femmes recouvraient les kayaks de peaux de phoque assemblées à l'aide de couture imperméables. Certaines couturières portaient des parkas en intestins, qui constituaient une barrière spirituelle entre la vie et la mort, le monde animal, et celui des humains. Le parka empêchait aussi les esprits maléfiques d'entrer dans le kayak, pendant que les femmes exécutaient leur travail de couture. Un loup stylisé, un épaulard et d'autres esprits bienveillants étaient dessinés sur le kayak et l'équipement de chasse était alors attaché au pont de l'embarcation. Des pendants à l'image de visages masculins et féminins étaient ensuite accrochés à l'intérieur du kayak, unissant les époux et les esprits par des liens puissants. Dans les régions sud, les grands groupes de kayakistes s'adonnaient à la chasse à la loutre de mer, tandis que les chasseurs solitaires traquaient la baleine. Les kayaks pouvaient comporter un ou deux trous d'homme. Les kayaks à trois trous furent introduits par les Russes afin de permettre de transporter un passager, chasseur ou marchand de fourrure, supplémentaire. Les kayakistes portaient des parkas en intestins attachés au trou du kayak, évitant ainsi que l'eau ne s'engouffre dans le kayak au cas où ce dernier se retournerait.
Continuer