Bata Shoe Museum
Lydia Apatiki grattant une peau de phoque sur une planche de bois.Rick Riewe
Lydia Apatiki grattant une peau de phoque sur une planche de bois.
Rick Riewe

L'équipement des femmes

doloirs et grattoirs droits

Les peaux sont préparées par l'élimination de la viande, de la graisse et du fascia. Elles sont nettoyées, séchées, et le poil est soit laissé à pourrir, soit gardé intact. Le poisson mastiqué, l'urine de mâle prépubescent, l'écorce d'aulne, les œufs de poisson, la cervelle, la graisse et la fumée peuvent être utilisés pour la tannage. L'ocre, l'écorce d'aulne, la teinture concentrée pour tissus et le papier crêpé mouillé permettent de colorer

les peaux. La couleur rouge établit un lien entre les couturières et le sang des esprits du monde animal. Les peaux sont placées sur un chevalet formé à partir d'un morceau de bois flotté, puis grattées à l'aide d'un doloir à deux manches afin d'ôter le fascia et de les assouplir. Dans la tradition, les lames étaient faites de pierre; de nos jours, elles sont en acier. Les longues poignées étaient en bois flotté; le manche en os provient d'un baculum (os pénien) de morse.
Continuer