• top frame 
  • Bottes à semelle rigide avec haut de tige en laine grossière et bordure du style Delta, fabriquées vers 1930.  Les kamiks destinées à être portées au quotidien comportent souvent des ajouts d'étoffe et des semelles en peau de phoque.
  • zoom icon

Bottes en fourrure de caribou, avec bandes de peau de phoque non épilée et blanchie sur le pourtour supérieur. Ces bandes sont composées de découpages décoratifs; les semelles des bottes sont quant à elles rigides et préformées.
Mabel Nigiyok, Holman, 1987
BSM P87.118

Les Inuits du cuivre

Les Inuits du cuivre : Les influences de l'Alaska

J'utilise des semelles qui sont plissées préalablement à leur assemblage au reste des kamiks.
Mabel Nigiyok, Holman, 1987

Les semelles rigides de forme bateau, plissées et préformées, constituent l'une des plus remarquables caractéristiques des bottes fabriquées par les Inuits du cuivre. On raconte que Kemnek, l'épouse alaskienne inupiat d'un marchand et chasseur de baleines, fit découvrir ce style de mukluk alaskien aux Inuits du cuivre, au tournant du siècle.

Ces semelles, en peau de phoque, sont mouillées avant d'être plissées afin de rendre la peau plus souple et plus flexible. Les couturières réalisent généralement ce plissage en pinçant la peau entre leurs dents. Une fois plissée, la semelle est rattachée au reste de la botte.