Activités et projets en classe

Une tapisserie de la vie

Recommandé par Service des programmes d'études Canada

Niveau : 6e année, études sociales

Préparation : Imprimer les images, si nécessaire. Imprimer la ressource intitulée À l’ordre du jour, la Feuille d’activité 1 – À l’ordre du jour et les Travaux de groupes 1 – 6 – L’art de la botte

Durée : Discussion portant sur l’enchaînement des étapes de fabrication – 30 minutes; lecture et présentation sur le processus de fabrication des bottes – 90 minutes; activité de rédaction sur la perspective – 60 minutes = 180 minutes

Matériel : Aucun

Objectif :
  • décrire comment le milieu naturel des Inuits a façonné leur culture
  • utiliser une variété de ressources et d’outils afin d’en apprendre davantage sur le peuple inuit
  • rédiger des textes présentant une perspective ou un point de vue particuliers

Nouveau vocabulaire : Petit lard, chasse au phoque auprès des trous d’aération, harpon, Inuit, kamik, grattoir, planche à gratter, tendon, semelle, cadre à étirer, tapisserie (se reporter aux définitions du Glossaire)

Description :

Pour commencer : Imprimer ou montrer au projecteur la carte du Canada afin de situer l’Arctique canadien, ainsi que les terres d’origine des nombreux groupes inuits qui peuplent la région. Dessiner plusieurs cercles, ou « bulles remue-méninges » au tableau (tableau noir ou tableau-papier) et leur attribuer les noms suivants : Climat, Territoire, Plantes, Animaux, Peuple inuit. Demander aux élèves d’énoncer ce qu’ils connaissent déjà de l’Arctique. Inscrire leurs idées dans les bulles correspondantes et créer de nouvelles bulles au besoin. Passer en revue les bulles et expliquer que la chasse était pour les Inuits un moyen de survie dans le climat glacial de leur territoire.

La peau de phoque était utilisée dans la confection de vêtements et des bottes étanches. Le phoque était aussi source de viande, de combustible pour les lampes (obtenu à partir de leur graisse, ou petit lard), servait dans la fabrication des tentes, des bateaux, des lignes de harpons, de flotteurs (vessie) et d’outils (os). La fourrure de caribou permettait de confectionner les vêtements les plus chauds. Le caribou était aussi source de viande, de tendon, et permettait la fabrication de couvertures, d’outils (os) et d’ornements (dents). Les couturières talentueuses étaient des plus respectées au sein de la société inuite traditionnelle – les femmes habiles étaient recherchées pour le mariage. La survie de leur famille pouvant en effet dépendre de leurs talents de couturières.

Imprimer ou montrer au projecteur la Tapisserie de Mina Napartuk. (Elle figure également sur la Page d’accueil de l’exposition virtuelle L’art de la botte : Une expression de la femme inuite.)

Mina Napartuk naquit dans le village de Kuujjuarapik, en 1913. Éduquée selon le mode de vie traditionnel, elle excellait dans la fabrication des vêtements en peau et en fourrure. À l’âge de soixante et un an, elle se mit à créer des tentures murales faites d’appliques de peau de phoque sur tissu. Ses tapisseries sont constituées de vignettes illustrant le mode de vie traditionnel des Inuits dans leur milieu et comportent des scènes témoignant des contacts avec les Européens. Certaines des activités représentées ne sont plus pratiquées de nos jours.

Cette tapisserie a été réalisée sur commande pour le Musée Bata de la chaussure, en 1979. Elle illustre les différentes étapes du processus de fabrication de bottes chaudes et étanches adaptées au climat rigoureux de l’Arctique, de la chasse au phoque à la couture et la finition des kamiks. Expliquer que cette tapisserie représente un événement important dans la vie d’une famille inuite. Raconter l’histoire à l’aide de la ressource intitulée À l’ordre du jour. Agrandir ou montrer au projecteur la Feuille d’activité 1 – À l’ordre du jour et entamer une discussion avec l’ensemble de la classe concernant les étapes successives de ce processus. Se reporter à la Feuille d’activité 1 – À l’ordre du jour – Réponses ou se référer aux vignettes de la tapisserie.

Pour apprendre : Diviser la classe en 6 groupes. Attribuer à chaque groupe une section de la première partie de l’exposition, en commençant par « Le territoire » et en terminant par « Le nécessaire à couture ». Demander de lire la page et de résumer l’information en utilisant les documents fournis pour les Travaux de groupes 1 – 6 – L’art de la botte. Les élèves devront ensuite présenter leur travail à l’ensemble de la classe. Ils devraient également identifier l’endroit sur la tapisserie où le thème de leur section est illustré. Vous assurer qu’ils lisent à voix haute la citation figurant au tout début de leurs sections respectives. Les citations sont des sources primordiales qui aideront les élèves à associer la matière à des individus réels.

Pour les présentations, imprimer ou montrer au projecteur la tapisserie, afin que les élèves puissent s’y référer.

Pour mettre en pratique : Demander aux élèves de rédiger une histoire basée sur la tapisserie, de la perspective de l’un des personnages. Ils pourraient par exemple choisir de traiter de la chasse au phoque, du point de vue du phoque, du chien, du garçon inuit ou du chasseur. Ils pourraient aussi parler des étapes de préparation des peaux ou de couture des kamiks du point de vue de la mère ou de la fillette.