• top frame 
  • Photographe d'une femme utilisant un outil à gratter (ulu) et une planche à gratter pendant que ses enfants regardent.
  • Magnifying Glass

Sous le regard de ses enfants, Lydia Akumaliq utilise une planche à gratter dans son campement, à proximité de la baie de l'Arctique (Ikpiarjuk).
Juillet 1984
Photographie, Jill Oakes

  • top frame 
  • Photographe une pièce de peau de phoque étant gratté.
  • Magnifying Glass

Grattage d'une peau de phoque.
Photographie, Jill Oakes

Les outils et la préparation des peaux

Les grattoirs et les planches à gratter

J'emporte avec moi ma planche à gratter lorsque je vais camper en été; je peux ainsi raser facilement les peaux de phoque. Il faut faire attention de bien garder la planche propre et à plat, afin de ne pas transpercer la peau par accident.
Lydia Akumaliq, baie de l'Arctique, 1984

Un grattoir est un outil utilisé au cours du processus de préparation des peaux et consiste en une courte lame de bonne largeur rattachée à une poignée. La lame est soit en pierre, soit en ardoise ou en os. Les Inuits de la Terre de Baffin et du Labrador confectionnaient souvent des lames à partir de la base d'omoplates de caribou. Au cours des XVIIIe et XIXe siècles, l'apparition du fer, obtenu par le biais de la traite ou prélevé des sites de bateaux naufragés, en fit le matériau de choix pour la fabrication des lames de grattoirs. Les grattoirs incurvés et émoussés servent à assouplir les peaux séchées, tandis que les grattoirs incurvés à lame aiguisée permettent d'éliminer le fascia et une couche de derme.

Dans la tradition, les femmes grattaient les peaux sur leurs genoux ou sur une roche plate. Toutefois, plus récemment, l'usage des planches à gratter s'est popularisé. Une planche à gratter consiste en deux planches plates clouées perpendiculairement l'une à l'autre. Elle permet d'étendre la peau pour en éliminer la graisse ou les poils. Toutefois, certaines peaux ne se prêtent pas à l'utilisation de la planche à gratter, en raison de l'épaisseur de cette dernière ou de la propension de certaines peaux, telles celles du caribou et des petits animaux terrestres de l'Arctique, à se déchirer.