Warning: substr() expects parameter 1 to be string, array given in /usr/local/home/w1002405/fr/our-boots/index.php on line 699
  • top frame 
  • Photographe d'une femme inuit préparant un tendon pour la couture par le mouillant avec ses lèvres.
  • Magnifying Glass

Pendant la couture, je mouille le tendon de caribou avec mes lèvres afin qu'il reste un peu humide. Cela aide à empêcher qu'il s'effiloche et à le faire passer plus facilement au travers de la peau.
Atanak Judith Amarudjauq
Photographie, Jill Oakes


Warning: substr() expects parameter 1 to be string, array given in /usr/local/home/w1002405/fr/our-boots/index.php on line 699

Carcasse de caribou de Peary montrant les tendons de chaque côté de la colonne vertébrale. Les tendons servent à fabriquer le fil pour la couture.
Île d'Ellesmere, mai 1973
Photographie, Rick Riewe

Le nécessaire à couture

Le tendon est une structure conjonctive résistante par laquelle le muscle s'insère sur l'os. Le meilleur tendon provient de la région de la colonne vertébrale des grands animaux que nous chassons. Nous séparons les écheveaux de tendon séché en filaments pour la couture. Une fois mouillé, le tendon gonfle, augmentant ainsi l'étanchéité des coutures des kamiks. Elisapee Alooloo, 1984

Dans la tradition, les couturières inuites se servaient de tendon comme de fil à coudre. Le tendon est le plus souvent prélevé des pattes des caribous ou d'un côté ou de l'autre de leur colonne vertébrale. Le tendon est un matériau idéal, car il gonfle une fois mouillé, empêchant ainsi l'eau de pénétrer dans les vêtements par les trous d'aiguille. Afin de préserver toute sa souplesse et sa flexibilité, on le range dans un sac en peau d'oiseau. Les sacs en peau d'oiseau sont fabriqués à partir de la peau retournée et cousue d'un huard ou d'un canard. Les huiles naturelles de la peau et des plumes aident à maintenir le tendon hydraté. Les aiguilles à coudre des Inuits étaient traditionnellement façonnées à partir des os d'une variété d'animaux. Les dés à coudre en bois de caribou ou en os d'ours polaire étaient utilisés pour la couture des peaux très épaisses, tandis que ceux en peau de phoque servaient à la couture des peaux plus fines et des bordures décoratives.