Bata Shoe Museum
Urang Dolma formant la première boucle.
Urang Dolma formant la première boucle.

Diversité et continuité

Tout comme les potiers, les tisserands et les ferronniers, les fabricants de chaussures font partie intégrante de l'organisation communautaire d'un grand nombre de villages indiens. Ces artisans - qu'il s'agisse de professionnels ou, tout simplement, de femmes qui fabriquent des chaussures pour les membres de leur famille - sont nés dans leur village et y ont été formés pour approvisionner la population locale.

Le climat, la diversité ethnique et les événements historiques ont façonné la tradition indienne en matière de chaussures. La forme du bout des chaussures, les détails de la finition et les ornements ont évolué localement - d'où la multitude de types de chaussures utilisées en Inde au XXe siècle.

Les hindous ont toujours vu dans le travail du cuir une activité indigne, car on traite la peau d'animaux morts, considérée rituellement comme une source de pollution. Par conséquent, les personnes qui exercent cet emploi, les chamars, font partie des castes inférieures. Par contre, le cuir tanné est considéré comme un matériau « sec » - donc, propre -, qui peut être porté même par les castes supérieures. Les fabricants de chaussures (mochis) ont un statut plus élevé que les chamars, même s'ils appartiennent eux aussi aux castes inférieures.
Continuer