Bata Shoe Museum
Femme portant des bottes sombha.
Femme portant des bottes sombha.

Diversité et continuité

étude sur le terrain : fabrication de bottes sombha pour femmes

En mai 1999, M. Sajan Moktan s'est rendu à Gangtok (État du Sikkim) ainsi qu'à Kalimpong dans le cadre d'une mission de recherche parrainée par le Bata Shoe Museum. Il s'est documenté sur la fabrication de différentes bottes, produites en général sur commande spéciale à partir des mois d'août et de septembre. Ses recherches portaient également sur l'utilisation des formes et des patrons en papier. Les formes et les patrons en papier utilisés dans la botterie indo-tibétaine sont transmis de génération en génération. Les artisans, qui achètent le cuir sur le marché, utilisaient auparavant de la peau de yak; de nos jours, ils utilisent surtout de la peau de buffle. M. Pemba Bhutia et ses employés de Kalimpong ont montré au chercheur comment ils fabriquent leurs bottes.

Méthode de fabrication

  1. L'artisan choisit le patron de semelle intercalaire requis et le découpe à l'aide d'un couteau (rapi) dans une peau de buffle (ko) ou une toile de jute très épaisse (bora).
  2. Une étroite bande de tissu ou de plastique (tirpa) est collée sur la bordure de la semelle intercalaire à l'aide de colle de farine.
  3. L'artisan place ensuite la semelle intercalaire sur une peau de buffle grossièrement coupée et il découpe une semelle de la pointure correspondante. La semelle de cuir comporte habituellement deux épaisseurs.
  4. La semelle de cuir, la semelle intercalaire et, entre les deux, une pièce de bora trois pouces plus large que la semelle intérieure sont cousues à l'aide d'une aiguille incurvée et d'un gros fil blanc (sing).
  5. Ce qui dépasse de la pièce de bora est décoré de points de peluche créés avec du fil sing de couleur. On obtient ainsi une structure en forme de coquille d'environ un pouce de haut au-dessus de la semelle.
  6. Une mince doublure de coton est collée sur la surface interne de la coquille avec de la colle de farine. Le tissu excédentaire est coupé et les bords de la coquille sont ornés de broderie.
  7. L'empeigne, le quartier et la partie de la tige qui couvre la jambe sont découpés à l'aide d'un patron dans une pièce de laine épaisse tissée à la main (nambhu).
  8. L'empeigne (ghonam) est ornée de motifs - les motifs floraux appelés mhedo sont les plus courants - à l'aide de fil métallique et de fil de laine de couleur (tequi).
  9. L'empeigne, le quartier et la partie de la tige qui couvre la jambe sont assemblés à la machine.
  10. Les bords inférieurs du produit fini sont retournés et cousus à l'aide de fil sing aux bords de la structure en forme de coquille.
  11. La partie de la tige qui couvre la jambe est laissée ouverte à l'arrière pour que la botte puisse être chaussée et enlevée facilement. La botte est attachée à la jambe par une jarretière tissée à la main (humdo).
Continuer