Bata Shoe Museum
Femme arikara ornant des mocassins de piquants, vers 1925Russell ReidState Historical Society of North Dakota00200–4x5–583c
Femme arikara ornant des mocassins de piquants, vers 1925
Russell Reid
State Historical Society of North Dakota
00200–4x5–583c

Les matériaux et les techniques

les techniques de décor aux piquants de porc-épic

Des témoignages archéologiques antérieurs aux premiers contacts avec les Européens prouvent que les Plaines possèdent une longue tradition de l'ornementation aux piquants de porc-épic. Ce processus de décoration est des plus laborieux, et dans certaines cultures, seuls les plus habiles étaient autorisés à réaliser le décor en piquants devant orner les objets d'importance pour la tribu. Les Pieds-Noirs n'accordaient ce privilège qu'à un nombre restreint de femmes, tandis que les Cheyennes, les Arapahos et les Gros-Ventres avaient établi des sortes de guildes de structure complexe dont l'entrée n'était permise que sur invitation. Chez les Tetons-Sioux, il était coutume de croire que si l'esprit de la « Femme Double » apparaissait en rêve à une femme, cela signifiait que cette dernière excellerait dans l'art du décor aux piquants.
Continuer