• top frame 
  • Femme brodant à même la peau d'animal.
  • Magnifying Glass

Détail d’une femme brodant, 1990.
Photographie, Tessa Macintosh
Archives T.N.-O./G-1995-001: 3619

  • top frame 
  • Illustration du tissage de piquants sur un métier. L'extrémité des piquants est coupée après le tissage.
  • Magnifying Glass

Techniques de broderie
a.) point passé;
b.) point de boutonnière;
c.) point de chaînette ouvert;
d.) point de chaînette.
© Kate C. Duncan

Les premiers pas de jeune femme

La broderie

« Ma mère m’a appris à coudre. Comme j’étais gauchère, elle avait du mal à m’enseigner la couture. Elle a commencé par m’initier à la broderie sur soie. Par la suite, on apprenait généralement le perlage par soi-même. Les premières choses que j’ai cousues étaient pour des dessus de chaussons et de mukluks. »
Violet Rowenna McLeod, née le 22 juin 1939

Les marchands de fourrures introduisirent le fil à broder, les aiguilles et les ciseaux au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Les femmes athapascanes ne tardèrent pas à exceller dans l’utilisation de ces nouveaux outils et matériaux pour le décor des vêtements. Les écoles missionnaires régies par les Soeurs de l’Ordre des Ursulines, les Soeurs grises et les Anglicans jouèrent un rôle important dans l’introduction des techniques de couture et des motifs européens au sein de la culture athapascane.