Warning: substr() expects parameter 1 to be string, array given in /usr/local/home/w1002405/fr/traditions_innovations/index.php on line 701

Louise James grattant une peau d’orignal, Carcross, Yukon, le 25 juillet 1949. Photographie, Douglas Leechman. Musée canadien des civilisations J10908.

Les premiers pas de jeune femme

« À l’arrivée de ses premières règles, des changements s’opèrent dans sa vie. Elle n’est plus une enfant insouciante, elle est devenue une jeune femme. Elle quitte la tente collective pour emménager dans sa propre tente, près d’un demi-mille à l’écart de tous. C’est alors qu’elle doit suivre une formation intensive... Elle doit apprendre à coudre – à maîtriser les techniques de la broderie, de la couture des piquants de porc-épic et du perlage... le premier ouvrage de couture est confié à une jeune femme habile de ses mains. Cette formation est déterminante pour la vie adulte... L’apprentissage était oral, ni lecture ni écriture, mais je me souviens encore aujourd’hui de tout ce qui m’a été dit lorsque moi aussi j’ai dû traverser cette période, lorsque j’ai fait mes premiers pas de jeune femme. »
Mary Wilson, Fort Good Hope

La fabrication des vêtements à partir de matériaux tirés du milieu naturel étant alors essentielle à la survie, il était important d’enseigner aux filles dès leur plus jeune âge les techniques de la préparation des peaux et de la fabrication des vêtements.

Très tôt, les fillettes athapascanes étaient initiées aux rudiments du tannage et de la couture en observant et en aidant leurs aînées. À la puberté, on les envoyait vivre pendant plusieurs semaines, voire des mois, au loin de leur communauté, dans un abri spécialement construit. Durant cette période, elles devaient respecter certaines règles établies concernant la nourriture et le comportement. Leurs aînées, surtout leurs mères, leur enseignaient les pratiques sociales et rituelles, ainsi que certaines tâches qu’elles auraient à accomplir au cours de leur vie adulte. La couture était leur principale occupation durant cette période d’isolement, car il était pour elles essentiel d’apprendre et de perfectionner les techniques qui leur serviraient dans leur vie de femme et de mère.